Au chapitre

23 septembre 2018

Erin Kelly "Par omission"

9791028106782PC_3  20180919_114105  

Thriller

Éditions Bragelonne

Paru le 12 Septembre 2018

480 pages

Résumé:

Ne restez pas dans le noir

Au cours d’une éclipse totale de soleil, Laura et Kit ont été témoins d’un viol. Au procès, pour que l'agresseur de Beth soit condamné, ils ont omis une partie de la vérité. Mais Beth, peu à peu, s'est immiscée dans leur existence. Terrifiés par ses intrusions répétées, Laura et Kit ont déménagé, changé de nom, disparu des réseaux sociaux.

Aujourd’hui, Laura est enceinte. Quand Kit, en bon chasseur d’éclipse, s’absente pour les îles Féroé, elle sombre dans l’angoisse. Elle  a eu raison de témoigner au procès, elle le sait. Mais quelque chose lui a échappé. Une chose qui menace de tout faire s’effondrer.

Mon avis:

Je m'appelle Laura, je suis enceinte de jumeaux et avec Kit, mon mari, nous sommes des chasseurs d'éclipses. C'est notre passion, une passion qui nous a détruits. Je vais vous raconter une partie de mon histoire. En 1999, juste après une éclipse, je suis témoin d'une scène de viol avec Kit. Elle s'appelle Beth, le violeur s'enfuit. Mais Jamie Balcombe, le coupable, est retrouvé, jugé puis condamné. Au procès, j'ai menti et caché la vérité. J'étais sûre que Beth était LA victime. J'ai voulu la protéger mais très vite elle s'est immiscé dans notre vie et j'ai vraiment peur. Je sens l'angoisse de Kit également. Mais voilà j'ai menti lors du procès et c'est irréparable, c'est irrévocable... Ils nous a fallu changer d'identité pour se défaire de cette emprise mais je n'imaginais pas ce qui allait se passer... Nous sommes en 2015, Beth a réussi à nous retrouver et Jamie Balcombe est sorti de prison... Je ne vous dis pas comment cette histoire va se terminer mais elle va mal se terminer... On ne récolte que ce que l'on sème... 

J'ai adoré ce thriller! La narration est alternée entre Kit et Laura. Il nous donne chacun leur avis, leurs sentiments, leurs angoisses et surtout leur vérité face à cette histoire. On alterne aussi entre 1999 et 2015 pour tenter de comprendre ce qu'il s'est passé exactement. Au début du livre, on ne sait rien du tout. L'auteure nous dévoile tout au fil des pages. J'ai trouvé sympa que tout se passe autour du phénomène des éclipses qui est très prenant et présent dans le livre. Ce livre nous plonge au coeur de la culpabilité et des mensonges ainsi que ses effets dévastateurs et il arrive un moment où vous ne saurez plus qui ment ou qui dit la vérité et vous n'aurez de cesse de vous interroger. Rien n'est blanc ou noir... Angoisse, paranoïa, peur, suspicion...sont au rendez-vous! Bref, ce thriller vous entraînera sur les pentes vertigineuses du mensonge et même si c'est "Par omission", il ne reste pas pour le moins destructeur...

À bientôt,

Elodie

"J'ai appris il y a bien longtemps que, à l'instant où l'on commence à réfléchir à la logistique d'un acte -même si l'on ne fait que rêvasser aux moyens de le mettre en pratique-, on a déjà franchi une ligne."

téléchargement  images


19 septembre 2018

Ilaria Tuti "Sur le toit de l'enfer"

9782221218730ORI  20180916_102512  

Thriller

La Bête Noire

Paru le 06 Septembre 2018

416 pages

Résumé:

« Les tueurs voient l’enfer que nous avons sous nos pieds, tandis que nous, nous ne voyons que les fleurs… »

Dans les montagnes sauvages du Frioul, en Italie, le commissaire Teresa Battaglia, la soixantaine, la langue acérée et le coeur tendre, est appelée sur les lieux d’un crime pour le moins singulier : un homme a été retrouvé mort, les yeux arrachés. À côté de lui, un épouvantail fabriqué avec du cuivre, de la corde, des branchages… et ses vêtements ensanglantés.
Pour Teresa, spécialiste du profilage, cela ne fait aucun doute : le tueur frappera à nouveau. Elle va devoir rassembler toute son énergie et s’en remettre à son expérience pour traquer cette bête humaine qui rôde dans les bois. Si tant est que sa mémoire ne commence pas à lui faire défaut…

Mon avis:

Italie/Petit village de Traveni. Roberto Valent, père de famille, est retrouvé mort, sans ses yeux, déshabillé sur un sentier. Un peu plus loin, les policiers retrouvent un épouvantail créé avec les vêtements de la victime, du cuivre et du bois. Le commissaire Teresa Battaglia est mise sur l'affaire. Elle est bien décidée à trouver le tueur avec son équipe. Elle va mettre à compétence ses dons de profiler et essayer d'entrer dans la tête du tueur car elle en est sûre ce n'est pas terminé... Très vite, des événements étranges continuent... Rituel, mise en scène, mutilation... Dans ces bois une ombre rôde et observe. Est-ce l'oeuvre d'un tueur en série? Qui est-il? Pour chasser le tueur, c'est surtout ses propres démons que Teresa va devoir chasser et essayer de continuer son métier avec sa mémoire qui commence à lui faire défaut...

Autriche 1978. Et quel est le secret de cette institution appelé l'Ecole? Des enfants, un étrange sujet 39 et un mot d'ordre: "Vois. Observe. Oublie"... Les deux affaires seraient-elles liées?

Le plus de ce thriller est clairement le personnage de Teresa (Je pense qu'on va la retrouver dans une série de livres qui lui sera consacrée.) Elle a un caractère bien trempé et n'a pas la langue dans sa poche. D'ailleurs, le petit nouveau de son équipe, Massimo, va en faire les frais. Mais, c'est aussi un personnage torturé et j'ai hâte d'en savoir plus. Elle fait preuve d'une grande empathie, que l'auteure arrive à nous transmettre par son biais. L'intrigue est bien menée, l'ambiance dans ce petit village est très vite pesante, les sujets abordés sont graves... Ici pas de chaleur italienne mais plutôt les montagnes enneigées et glacées du Frioul qui donnent une atmosphère énigmatique, mystérieuse à l'histoire. Bref, un thriller qui remplit toutes ses promesses et dont on n'a pas encore fini de parler de l'auteure, j'en suis sûre...

Il est quelque part "Sur le toit de l'enfer"...

À bientôt,

Elodie

"Ils n'auraient pas trouvé les réponses dans un mobile criminel ordinaire. L'esprit humain n'accouchait pas d'un cauchemar de ce genre par jalousie, par vengeance ou simplement pour l'argent."

18 septembre 2018

Ruby Namdar "La maison de ruines"

9782714476371ORI  20180917_134412  

Roman

Éditions Belfond

Paru le 06 Septembre 2018

560 pages

Résumé:

Souvent, Andrew Cohen se dit qu’il est au zénith de sa vie. Séduisant professeur d’université, ce quinquagénaire fringant fascine ses élèves avec de piquants essais – La critique de la culture ou la culture de la critique ? – et devrait bientôt obtenir la promotion qu’il espère tant. Il mène une vie épatante, entre réceptions chics dans son bel appartement de l’Upper West Side et vernissages dans les galeries de Manhattan ; il n’est que tendresse pour son ex-femme et leurs deux jolies filles et passe des soirées torrides avec Ann Lee, sa sublime maîtresse de vingt-cinq ans.

Mais…
C’est d’abord cette promotion qui lui échappe ; un gros malentendu avec son ex-femme ; les nuits avec Ann Lee qui se font trop sages ; cette soirée caritative décadente où tout l’écœure soudain. 
Et puis ces flashs dans sa tête, ces visions terrifiantes : violence, pillages, la destruction du Temple de Jérusalem, l’Holocauste.

Mon avis:

New-York/2000. Andrew Cohen est professeur de culture comparée à l'université. Élégant, charismatique, juif, adoré de ses étudiantEs, divorcé, père de deux grandes filles, Andrew a tout pour être heureux. Il entretient même une relation avec la charmante et très jeune Ann-Lee. Mais voilà, des événements vont venir bouleverser sa vie. L'élément déclencheur? Sa promotion qui lui échappe... Il fait de mauvais rêves, il a des hallucinations... Il devient mal à l'aise, dans un état cotonneux, un sentiment de tristesse l'envahit. Est-ce la crise de la cinquantaine? Arrivera-t-il à aller de l'avant?

Au début de ce livre, je ne voyais pas du tout où l'auteur voulait en venir. La vie d'Andrew est somme toute tout à fait banale, ordinaire. Puis, peu à peu, on comprend l'état émotionnel dans lequel se trouve Andrew. Cette oeuvre littéraire juive américaine, nous emmène dans le tourbillon de sa vie. L'histoire se déroule en un an de Septembre 2000 à Septembre 2001. On navigue entre réel et irréel, entre récit et extraits du Talmud. L'auteur nous donne une fervente critique de la vie new-yorkaise par le biais d'Andrew. Je n'ai qu'une chose à lui reprocher c'est que l'histoire traîne un peu trop en longueurs. Certains passages ne vont pas à l'essentiel. Je suis passée par l'ennui puis la seconde d'après l'intrigue repartait. Bref, c'est une lecture en dent de scie pour moi mais c'est un livre de cette rentrée littéraire à découvrir pour son personnage et ses thèmes forts.

"La maison de ruines" va-t-elle s'écrouler comme un château de cartes?

À bientôt,

Elodie

"Ses yeux qui piquent, se remplissent de larmes. Tout veut sortir: regret, compassion, culpabilité. Culpabilité? Pourquoi? Pourquoi se sentir coupable? Le temps avait filé comme si de rien n'était? Aucune tentative pour le stopper. Aucune! Il était trop tard. Tout était fini."

téléchargement (1)téléchargement

15 septembre 2018

Mon interview à Anaïs W.

Juste-Puni-broche  test_Fotor-2-round

Parce que derrière un livre se cache un auteur...

Voici quelques questions posées à l'auteure Anaïs W. qui signe un nouveau roman "Juste puni"

Questions sur « Juste puni » :

– « Juste puni » est une histoire assez sombre sur la maltraitance d’un enfant, où as-tu puisé l’inspiration pour écrire ce roman ? T’es-tu inspirée de ton histoire personnelle ou celle d’un proche ?

Bonjour Élodie, et merci de m’accorder ce temps de partage autour de la sortie de mon quatrième livre ! Comme pour beaucoup de mes histoires, je ne me suis pas inspirée de ma vie ou de celle d’un proche.

C’est de l’imagination, de l’anticipation et beaucoup d’empathie. Je me suis glissée dans la peau de mon personnage principal pour rendre ses émotions et le cheminement de ses pensées le plus réaliste possible. L’inspiration m’est venue de fil en aiguille, je me laisse généralement guidée naturellement.

– Quel a été le point de départ de ce livre ?

J’ai posé la première trame de « Juste Puni » quand j’étais au lycée. Je connaissais des personnes mal dans leur peau et je me suis un jour demandé : si j’avais une amie qui rencontrait de grosses difficultés, comment je l’aiderais ? Comment la tirer de ce mauvais pas ? Avec tout ce que cela demande dans l’approche relationnelle, amicale, dans la communication et la compréhension de l’autre pour l’inciter aux changements, sans le brusquer et en s’adaptant à ses besoins, ses envies.

En trame de fond de « Juste Puni », il y a donc cette amitié forte qui est à l’origine de tous les bouleversements du roman. Mathieu, à 17 ans, est battu par son père et résigné à ce qu’il en soit ainsi, mais il voit son quotient chamboulé par l’arrivée d’Amory. Ce dernier sera d’abord un intrus, puis va devenir un ami. Amory, par son caractère et sa persévérance va ensuite amener Mathieu à se questionner, malgré lui. Et c’est tout ce cheminement, les dilemmes, les avancées et les retours en arrière que nous suivons dans ce roman avec beaucoup d’émotions.

– Quel message aimerais-tu transmettre à travers ton histoire ?

« Juste Puni », c’est de nombreux messages, entre les lignes. Tout ce que je souhaite, c’est « ouvrir des portes » dans l’esprit de mes lecteurs, à travers un bon moment de lecture.

Il y a bien sûr ce message sur la maltraitance, à travers une histoire concrète : comment les enfants maltraités passent entre les mailles du filet ? Pourquoi les personnes qui ont des suspicions ne disent-elles rien ? J’aborde aussi le côté pénal, pour les parents et ses personnes qui se sont tues, ainsi que la reconstruction après des années de sévices.

Mais, comme dans mes autres livres, je ne souhaite pas brandir une seule bannière. « Juste Puni » n’est pas « que sur la maltraitance ». C’est un roman humain, qui a pour but d’éveiller des sentiments et des émotions, invitant ainsi à une réflexion presque inconsciente…

Par exemple, je pourrais ainsi dire que « Juste Puni » encourage le lecteur à comprendre ceux qui décident de « subir » : il y a forcément un mécanisme psychologique, un vécu, qui explique pourquoi la personne reste passive, même face à la plus grande des souffrances. Et une fois que l’on accepte cela, on peut trouver les ressources pour les aider.

Les messages de « Juste Puni » sont donc propres à chacun. Chaque lecteur pourra s’approprier ce roman selon son passif et son état d’esprit. J’espère seulement qu’il en restera quelque chose, dans le fond.

– Combien de temps as-tu mis pour l’écrire ?

C’est un livre qui a des racines dans mon adolescence. Comme pour « Au-delà des tours », cette histoire a évolué avec moi, je l’ai retravaillée régulièrement au fils des années.

En 2017, j’ai décidé de publier « Juste Puni », car cette histoire me tenait à cœur. Il m’aura ensuite fallu quatre mois pour le finir : revoir un peu la trame, combler les lacunes, m’assurer que tout se tient.

– Quel public vises-tu ?

« Juste Puni » s’adresse à tout le monde, de tout âge et de tous horizons littéraires. De par le message qu’il véhicule, je souhaite bien entendu qu’il soit lu par le plus grand nombre, comme c’était le cas pour « L’espoir au corps » qui abordait le thème du VIH.

Si je prends en compte la violence que peut contenir cette histoire, je recommande tout de même cette lecture à partir de 15 ans, par précaution, si jamais le jeune lecteur n’est pas du tout avisé sur les sujets de sociétés ou la brutalité dont peuvent faire preuve certaines personnes.

– L’auto-édition a été un choix d’après ce que j’ai compris pourquoi ? Si une maison d’édition te propose un contrat, l’acceptes-tu ?

Oui, depuis trois ans l’auto-édition est un choix, c’est même aujourd’hui « mon travail » de tous les jours. Si une maison d’édition me contactait pour « Juste Puni » ou un de mes autres romans, je prendrais bien entendu la proposition en considération. Quant à l’acceptation, tout dépendra des termes du contrat.

Questions d’ordre général :

– Quel est ton métier ? (Si ce n’est pas indiscret) L’écriture n’est-elle qu’une passion ou bien plus ?

(déjà répondu)

— Es-tu en train d’écrire un nouveau livre ?

J’avais prévu de commencer l’écriture de mon prochain roman cet été, mais avec tous les préparatifs pour la publication de « Juste Puni », c’est compromis ! Il y a de fortes chances que l’inspiration revienne après la sortie du livre, quand j’aurai l’esprit un peu plus léger et le temps aussi. Donc, plutôt en octobre ou novembre… et pour ce qui est du sujet, je suis encore indécise !

– Où préfères-tu écrire ? As-tu une routine d’écriture ?

Je n’ai pas vraiment de « routine », j’ai surtout des « périodes ». Je n’écris pas régulièrement, ou seulement si l’inspiration me prend par surprise. Généralement, quand je vais être moins (pré)occupée, l’envie d’écrire va se faufiler dans les brèches de mon emploi du temps. Je vais alors décider de m’y consacrer pendant une période et arrêter certaines activités pour préserver ma créativité. C’est un peu l’inconvénient de l’auto-édition : il faut beaucoup se concentrer sur la promotion qui est l’opposé de l’inspiration en ce qui me concerne !

Pendant ces périodes, j’écris dans mon bureau pour rester au calme sur l’ordinateur. Il peut m’arriver de me promener avec un calepin quand je suis bloquée et que j’ai besoin de réfléchir.

– Si on devait te décrire en trois mots, ce serait lesquels ?

Enthousiasme, Persévérance et Sincérité

— Quel(s) auteur(s) est/sont une référence pour toi ?

J’ai des auteurs fétiches comme Karine Giebel, Caryl Ferey ou Patrick Chauvel, car j’aime leur style, leur narration et la précision de leurs mots. Mais je ne vais jamais lire pendant mes périodes d’écriture pour ne pas influencer mon propre style !

– Quelque chose à rajouter ?

En toute simplicité, si les lecteurs qui lisent cet interview (jusqu’au bout !) ont été intrigués par « Juste Puni », ils peuvent en savoir plus sur mon site internet à cette page : https://anaisw.com/juste-puni !

Et j’espère les retrouver au moment de la sortie le 29 septembre. :-D

MERCI Anaïs !

Merci à toi, Élodie. Ce fut un plaisir de répondre à tes questions !

Bienvenue sur le site d'Anaïs W., auteur de romans forts et optimistes !

Facebook ~ Twitter ~ Google ~ LinkedInBienvenue sur le site d'Anaïs W. !Anaïs W. est une romancière indépendante libre et enthousiaste !Après deux livres publiés en 2015 et 2016, son dernier roman, L'espoir au corps (2017), marque un véritable tournant, avec plus de 5 000 lecteurs en à peine cinq mois.Ce qui plait aux lecteurs ?Son ...

https://anaisw.com

Posté par Auchapitre à 10:44 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Anaïs W. "Juste puni"

hardbackstanding2_2000x2000  20180623_163815  

Roman

Éditions Véridice

Parution: 29 Septembre 2018

373 pages

Résumé:

«  Aujourd’hui, je suis résigné à ce que ma vie soit un enfer. Chaque jour, j’encaisse ainsi les coups, les insultes et cache mes marques aux yeux des autres. Après tout, je ne suis pas battu, mais juste puni pour avoir détruit l’existence de mon père. »

À 17 ans, Mathieu en est convaincu, il n’a pas le droit au bonheur, jusqu’au jour où il fait la rencontre d’Amory et cède à cette amitié inattendue.

Mathieu va alors se retrouver déchiré entre son père qui le ramène sans cesse à sa place de chien, et Amory et sa famille qui s’efforcent de lui faire ouvrir les yeux sur l’absurdité de cette situation.

Au milieu de la tourmente, quelle vérité Mathieu choisira-t-il ?

Mon avis:

Mathieu a 17 ans. Il n'a connu que la violence, les coups, les tortures que lui donne son père qui l'éleve seul. Pour son père, c'est simple il est coupable d'avoir tué sa mère et il mérite d'être traité comme ça. Mathieu subit, sa vie est un calvaire. Sa souffrance est physique et psychologique. Un exercice mal fait, un coup de poing, il veut apprendre la guitare il lui brise les doigts, il ose dire quelque chose les coups fusent... Mathieu a peur, Mathieu se sent coupable, Mathieu ne peut rien dire, Mathieu n'a pas de perspective d'avenir... Pourquoi son père est-il comme il est?

Sa rencontre avec Amory et ses parents ainsi que ses retrouvailles avec Amandine vont bouleverser sa vie. Pourquoi Amory qui vit dans une famille aimante et "normale" s'interesse-t-il à lui? Il doit se cacher, trouver des excuses afin de dissimuler ses blessures, il se sent en décalage avec la vie de ses nouveaux amis. Mais, d'année en année, Mathieu s'est forgé une carapace et ne veut pas s'avouer qu'il est une victime. Il est coupable, alors il subit. Comment tout cela va-t-il se terminer? Ses amis vont-ils lui ouvrir les yeux? 

Ce roman noir parle de la maltraitance des enfants, de l'amitié, de la difficulté de construire des relations. Anaïs W. nous raconte son histoire avec tant d'émotions, on est totalement happés par la vie de Mathieu, une vie très difficile, dure, violente et en même temps elle nous montre un côté positif qui contrebalance cette noirceur. D'un côté, il y a un monstre, la douleur et la haine, son père et de l'autre il y a l'espoir, la joie de vivre, l'amitié, ses amis. Malgré le noir et l'obscurité, la lumière est bien quelque part dans des choses simples, des rencontres... Comment donner son amitié, éprouver de l'amour lorsque l'on ne connaît pas ces sentiments, que l'on a une vie si différente des autres? Les mots de l'auteure résonnent comme les coups qu'il reçoit. Bref, vous allez entrer dans la vie de Mathieu et vous n'en sortirez pas avant de savoir s'il va se battre, se révolter, ouvrir les yeux ou se laisser abattre mais surtout savoir s'il va comprendre que la vie vaut la peine d'être vécue... Un roman à découvrir sans aucun doute!

"Juste puni" sans explication...

À bientôt,

Elodie

"Mon caractère de chien ne leur a pas échappé, comme mon agressivité à la moindre confrontation. Autant dire que j'essaie d'être discret, mais que ma différence est clairement affichée."

téléchargement (4)  téléchargement (5)  

Vous retrouverez toutes les informations concernant la prévente et la vente de ce livre sur le site de l'auteur

** Juste Puni ** - le quatrième roman d'Anaïs W. - Les Livres d'Anaïs W.

Juste PuniRetrouvez ici toutes les informations sur mon prochain roman !Sortie prévue le 29 septembre 2018Ce que vous réserve ‹‹ Juste Puni ›› :‹‹ Depuis son premier roman, Au-delà des tours, Anaïs W. a réussi à trouver le juste milieu entre des situations douloureuses et des bribes de lumières.

https://anaisw.com

Posté par Auchapitre à 10:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


Anaïs W. "Débolis Héyavé"

Debolis-Heyave-broche  20180915_100311

Roman

Auto-édition

Paru en 2016

120 pages

Résumé:

‹‹ À 16 ans, Débolis n'a jamais connu sa mère et a été abandonné par son père du jour au lendemain. Pour ne pas être consumé par la colère, le jeune homme trouve alors refuge dans la spiritualité et le style hippie : être positif, aller à l'essentiel et ne pas se soucier de l'avis des autres, fait partie de ses nouveaux principes.

Bien protégé derrière ses dreadlocks et ses ponchos, Débolis s’efforce de se reconstruire mais c'était sans compter sur l'arrivée de William. Ce rockeur hyperactif se prend soudain de passion pour Débolis et se donne pour mission de le faire craquer.

Débolis résiste aux provocations et aux critiques tant bien que mal, frôlant parfois le dérapage. William abat alors sa dernière carte en lançant un défi : deux jours pour échanger leur style et prouver à Débolis qu'il est sur la mauvaise voie. Débolis ne réalise pas l'importance de sa décision lorsqu'il accepte. Quand les armures tomberont, il ne restera que des ressemblances... ››

Mon avis:

Débolis a 16 ans. Non désiré par ses parents, il est abandonné par son père chez ses grand-parents Georges et Léonie. Il devient un petit délinquant, un rebelle. Il a une haine profonde en lui malgré l'amour de ses grand-parents. N'est-il pas le moment de faire abstraction du passé et de vivre? Afin de trouver une certaine sérénité et une paix intérieure, il va se rapprocher du mouvement Hippie arborant dreadlocks et poncho. Se mêlant à un groupe de babas cool, il va s'enrichir, découvrir, se calmer... Sa rencontre avec William, un ado punk rock, va changer le cours de sa vie. Il est temps des remise en question. Leurs deux univers se télescopent, leurs différences va les unir. N'ont-ils pas plus en commun qu'ils ne le pensent?

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire qui parle du droit de choisir sa vie, de la peur de l'autre, de l'inconnu, de la différence. Qu'on soit adolescent, un adulte, jeune ou vieux, la vie est un combat de chaque instant. Il faut lutter pour prouver son existence dans cette société conformiste. Même si l'on est différent, l'amour et l'amitié peuvent être plus forts que tout. J'ai cette chanson de Maître Gims en tête "La même" qui fait très bien écho à ce livre. Changer pour les autres ou rester soi-même? Bref, ce livre est porteur d'un message fort, restez comme vous êtes, libérez-vous de vos chaînes et la liberté sera au bout du chemin... 

"Débolis Héyavé" trouvera-t-il sa voie?

À bientôt,

Elodie

"Étendu sur le dos, j'ai regardé le plafond pendant des heures en me demandant ce que je voulais. Vivre à fond ou mourir à petit feu?"

images  téléchargement

Débolis Héyavé d'Anaïs W. : un roman young adult bouleversant !

Un roman qui nous amène à réfléchir à qui nous sommes et le chemin à parcourir pour le devenir ‹‹ À 16 ans, Débolis n'a jamais connu sa mère et a été abandonné par son père du jour au lendemain.

https://anaisw.com

Posté par Auchapitre à 10:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

14 septembre 2018

Juliette Arnaud "Comment t'écrire adieu"

9782714479938ORI 20180910_093700

Roman

Éditions Belfond

Paru le 06 Septembre 2018

144 pages

Résumé:

« J’ai l’intuition que les chansons nous attendent. J’ai toujours aimé Comment te dire adieu. Il aura fallu R. et sa fugue finale, sans annonce, sans explication, mais blindée de fausseté, pour que je l’entende. La chanson m’attendait, les chansons nous attendent tous. »

À 45 ans, Juliette se retrouve face à elle-même, avec le coeur déchiré et l’envie de rire de tout. Elle se repasse alors les 14 titres de sa bande originale, d’Étienne Daho à Dolly Parton, sans oublier Bruce Springsteen, 14 pop songs qu’elle a écoutées religieusement et dont elle connaît les paroles par coeur. Pourquoi sa vie chante-t-elle tout à coup si faux ? Qu’est-ce qui a mal tourné ? Elle a pourtant suivi à la lettre ce que les refrains suggéraient. Elle a scrupuleusement appliqué les adages de chacun des couplets.
À défaut de réponse, puisque R. est parti sans un mot, Juliette va s’y coller, à écrire adieu. Elle essaiera d’être drôle et elle sera sincère, pour comprendre, peut-être, que tout ce qui mène à la fin d’une histoire d’amour, on le porte en soi.

Mon avis:

Juliette a 45 ans. L'homme de sa vie l'a quittée, parti sans adieu ni explication.C'est l'heure pour Juliette de l'introspection...

Juliette est la narratrice de ce petit livre de moins de 200 pages. Elle nous raconte ses souvenirs, ses amours, ses amis... Elle nous explique son histoire avec des anecdotes, des souvenirs... C'est tantôt drôle tantôt mélancolique. L'histoire est découpée de façon originale avec une multitude de petits paragraphes ainsi que des petites parenthèses. C'est très bien écrit et j'ai beaucoup souri pendant ma lecture, cependant je n'ai pas su m'identifier à Juliette, à ses tourments... On a souvent l'impression que ça part dans tous les sens tellement les idées fusent. Les références musicales sont nombreuses, comme une bouée de sauvetage à son naufrage... Il est sympa de lire avec la playlist de l'auteure donnée comme titre à chaque chapitre. Bref, c'est un roman beau et bien écrit mais dont le sujet hélas n'a pas su me toucher...

Je cherche "Comment t'écrire adieu"...

À bientôt,

Elodie

"Bref, cette histoire de désir de liberté, c'est un chemin de crête, souvent au milieu de la brume, et le pire, c'est que juste ambitionner de faire demi-tour relève de l'acrobatie."

téléchargement  téléchargement (1)

Posté par Auchapitre à 10:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

13 septembre 2018

Jussi Adler Olsen "L'unité alphabet"

9782226402073-j  20180909_103343  

Roman

Éditions Albin Michel

Paru le 29 Août 2018

631 pages

Résumé:

L’Unité Alphabet est le service psychiatrique d’un hôpital militaire où, pendant la Seconde Guerre mondiale, les médecins allemands infligeaient d’atroces traitements à leurs cobayes, pour la plupart des officiers SS blessés sur le front de l’Est. 
Bryan, pilote de la RAF, y a survécu sous une identité allemande en simulant la folie. Trente ans ont passé mais, chaque jour, il revit ce cauchemar et repense à James, son ami et copilote, qu’il a abandonné à l’Unité Alphabet et qu’il n’a jamais retrouvé. En 1972, à l’occasion des jeux Olympiques de Munich, Bryan décide de repartir sur ses traces. Sans imaginer que sa quête va réveiller les démons d’un passé plus présent que jamais.

Mon avis:

1944. Bryan et James sont amis et sont des pilotes britanniques de la RAF. Lors d'une mission qui tourne mal, ils sont obligés de se parachuter et de se cacher. Ils se retrouvent à bord d'un wagon sanitaire ennemi, un train rempli de SS et de membres de la Gestapo. Pour sauver leur vie, ils prennent la place de deux malades SS et se font passer pour fous. Direction la ville de Fribourg dans le service psychiatrique d'un hôpital appelé ''L'unité alphabet" qui inflige aux blessés de guerre des traitements inhumains, et où Bryan et James vont subir l'inimaginable...

Médications, électrochocs, blessures, maltraitance... Perte de mémoire, perte d'appétit, fragilités émotionnelles, perte de leur capacité... 

1972. Bryan est devenu un riche homme d'affaires. Il a réussi à échapper à cette barbarie. Il décide de relancer les recherches sur son ami. Il va alors aller à l'encontre de son terrible passé... Trouvera-t-il les réponses à ses questions?

Voici le premier roman de Jussi Adler Olsen et c'est un coup de coeur! Vous le connaissez tous pour sa série de livre sur le département V. Il a écrit un roman très dur mais passionnant, horrible mais fascinant, terrible mais remarquable. J'aime beaucoup tout ce qui a pour sujet la seconde Guerre Mondiale mais ce livre est bien plus. On y parle de bien-sûr de la barbarie nazie mais aussi de maladie mentale, d'amitié, de culpabilité, de trahison. J'ai eu une profonde empathie pour le personnage de James. Il se passe vraiment beaucoup de choses dans ce roman, on ne s'ennuie pas une seule seconde tant c'est captivant. Bref, Jussi Adler Alsen a vraiment une plume extraordinaire et cette fois il nous emporte dans une histoire qui ne laissera personne indifférent. Glaçant mais épatant!

Il vous faudra percer les secrets de "L'unité alphabet"...

À bientôt,

Elodie.

"-Je suis sûr que vous saurez vous montrer à la hauteur des attentes de l'armée américaine et que vous rentrerez de cette mission sains et saufs.

-C'est une promesse?

-Oui!"

téléchargement  téléchargement (1)

12 septembre 2018

RecycLivre Days

20180806_153143

Hello les lecteurs,

Aujourd'hui, je vous parle de l'événement RecycLivre Days.

Qu'est ce que c'est?

Les 15 et 16 septembre 2018, les parisiens ont rendez-vous Place de la République pour participer à la 3ème édition des RecycLivreDays où Recyclivre propose de nouveau aux amoureux de littérature d’apporter leurs livres déjà lus et dont ils ne savent plus quoi faire…

Le but

« 10 livres donnés, 1 euro » seront reversés par RecycLivre à l’association ‘Lire et Faire Lire’. Mais cette année, RecycLivre fête aussi ses 10 ans… L’occasion de doubler la mise, et de laisser la possibilité à chacun d’apporter sa pierre à l’édifice. Chaque selfie partagé sur les réseaux sociaux avec le hashtag #RLDays augmentera la somme remise à "Lire et Faire Lire" : pour 10 selfies partagés, 1 euro supplémentaire sera remis à l’association.

"Donnez vos livres, partagez vos émotions et aidez une association."

Vous trouverez toutes les informations ci dessous

RecycLivreDays

Les 15 et 16 septembre 2018, les parisiens ont rendez-vous Place de la République pour participer à la 3ème édition des RecycLivreDays ! Après le succès rencontré lors des deux premières années, au cours desquelles des milliers de parisiens ont déposé plus de 33 000 livres, RecycLivre récidive et propose de nouveau aux amoureux de littérature d'apporter leurs livres déjà lus et dont ils ne savent plus quoi faire...

https://www.recyclivre.com

L'engagement RecycLivre

Vente et collecte de livres d'occasion - RecycLivre

Collecte, débarras gratuits et vente solidaire de livres d'occasion

https://www.recyclivre.com

À bientôt,

Elodie

11 septembre 2018

Edward Carey "Le château" T1 Les ferrailleurs

9782253066040-001-T  20180905_171155

Fantastique/Imaginaire

Le Livre De Poche Imaginaire

Paru le 13 Avril 2016

480 pages

Résumé:

Au milieu d'un océan de détritus composé de tous les rebuts de Londres se dresse la demeure des Ferrayor. Le Château, gigantesque puzzle architectural, abrite cette étrange famille depuis des générations. Selon la tradition, chacun de ses membres, à la naissance, se voit attribuer un objet particulier, qui le suivra toute sa vie.
Clod a quinze ans et possède un don singulier : il est capable d'entendre parler les objets... Tout commence le jour où la poignée de porte appartenant à Tante Rosamud disparaît. Les murmures des objets se font de plus en plus insistants. Dehors, une terrible tempête menace. Et voici qu'une jeune orpheline se présente à la porte du Château..

Mon avis:

Les Ferrayor vivent un gigantesque château au milieu de tous les détritus de Londres. Clod, a 15 ans, il a le don particulier d'entendre les objets lui parler. Sans cesse, ils lui répètent leurs noms. À sa naissance, on lui a donné comme à tous les Ferrayor, un objet qu'il doit protéger. Clod a reçu une bonde. Tante Rosamud a une poignée de porte, cousin Tummis un robinet... 

Le jour où l'orpheline Lucy Pennant arrive au château pour être servante, Clod tombe sous son charme. Mais sa promise n'est-elle pas cousine Pinalippy? Des événements inhabituels se déroulent au château... Tante Rosemud a perdu sa poignée de porte, les objets du château n'en font qu'à leur tête, une Ferrayor a disparu et une terrible tempête s'abat s'en prévenir...

Quelle imagination il faut pour inventer un tel univers! J'ai adoré! Un univers très proche de Tim Burton. Les personnages ont chacun une particularité, l'univers est sombre comme la poussière, gothique, sinistre, noir comme de la suie mais en même temps plein de poésie et il faut bien le dire d'humour. Les objets sont animés et personnifiés. N'est-ce pas Victoria Hollest le sofa qui murmure? Ou cet encrier Jeremiah Harris qui ne cesse de répéter "Je vous en serais très reconnaissant.'' ou bien est-ce la tasse repose-moustache que vous croiserez sûrement au détour d'un couloir... Le petit plus sont les illustrations en début de chapitre qui nous présentent les nombreux et atypiques personnages (qui font légèrement peur je dois avouer...) Bref, je suis conquise par la plume et l'univers de cet auteur. Dépaysement et originalité garantis! Je lirai le tome 2 avec plaisir.

Ouvrez votre esprit et entrez dans "Le château" des Ferrailleurs.

À bientôt,

Elodie

"La puanteur de ce lieu. Ça puait tellement dans ce cloaque que c'était comme si vous étiez vous même recouvert d'ordures, son odeur était si forte et si envahissante qu'elle ressemblait à quelque chose de résistant, quelque chose qu'on aurait pu toucher et tenir dans la main, elle vous rampait dessus, transpirait sur votre peau, vous soufflait fort au visage."

20180904_105902  20180904_105920  20180904_105927