Au chapitre

25 septembre 2017

Natacha Nisic "La Zone des Murmures"

téléchargement (7)21951596_1666492403370494_1224258618_o

Roman

Éditions Tohubohu

Paru le 24 Août 2017

296 pages

Résumé:

Le temps d’un week-end, Lise et Frankie, s’aventurent dans une zone escarpée, sans réseau ni hôtel de charme, afin de faire le point, par la même occasion affronter leurs démons. Avec cette question éternelle : qu’est-ce qui est réel ?

« On aura beau fabriquer des drones silencieux capables d’imiter le vol de la chouette et de se déplacer dans le noir entre les branches, il reste difficile de trouver une fin dans la nuit. Même si c’est dans le noir que j’entends le mieux ta voix, que tes mots s’éclaircissent et qu’il me semble enfin te comprendre. Je rêve encore de paysages vallonnés, de cimes, d’appels d’air,
de ciel sans fin à bord d’un ULM… Je rêve de dragons volants et d’oiseaux aux grandes ailes plates qui me transporteraient jusqu’à toi. Je rêve d’arcs-en-ciel dessinés à la craie, d’orages noirs et de déserts de pierre… d’un piano muet et de vampires rassasiés sous la pluie… de ta mort sous forme de légende. Le jour revient, et le doute avec. »

Mon avis:

Ce livre commence par un étrange signalement: "Femme de type européen, âgée de 42 ans au moment de sa disparition, 1m69, poids 53 kilos, corpulence fine, yeux gris-vert, cheveux bruns et longs."

Frankie et Lise travaillent à Paris dans une entreprise "The web agency", un travail épuisant dans cette société où tout va toujours plus vite et hyperconnectée. Avides de changer d'air et soucieux de se déconnecter de la vie quotidienne, sans téléphone, ordinateur, GPS... Frankie et Lise partent à l'aventure pour un week-end n'emmenant qu'un appareil photo dans un endroit désertique des Alpes-de-haute-provence. Mais tout ne va pas se passer comme ils l'avaient imaginé. Attaque d'insectes, chaleur, routes impraticables... Ils vont rencontrer d'étranges soeurs jumelles de 124 ans et vont trouver refuge dans un ancien observatoire abandonné. On s'aperçoit peu à peu que Frankie les a emmenés sur les lieux de son enfance, on découvre alors l'histoire de son père et la disparition de sa mère et ce jusqu'au dénouement totalement surprenant...

Quand la réalité et le virtuel s'emmêlent, les phobies les plus sombres resurgissent. On navigue dans le temps sans vraiment savoir où l'on va et j'avoue parfois avoir souvent été perdue dans ma lecture jusqu'au dénouement où l'histoire prend tout son sens. C'est un livre déroutant et la fin m'a totalement surprise (et j'adore ça) mais je ne peux vous en dévoiler davantage sinon je vous gâcherais la surprise... C'est un livre qui est une critique ouverte de notre société actuelle hyperconnectée. Il nous parle des traumatismes de l'enfance et une question se pose: "Qu'est-ce qui compte vraiment dans nos vies?" Une relecture de ce livre serait intéressante lorsque l'on connaît le dénouement afin de mieux apprécier l'histoire et comprendre certaines choses. Parfois, je me dis qu'il ne faut pas être trop "terre à terre" en lisant un livre et que toute la magie de la littérature réside dans le fait d'être étonnamment surpris. Bref, j'ai aimé cette histoire. Je n'avais qu'une envie c'était de tourner les pages et comprendre...

Entrez dans "La Zone des Murmures".

À bientôt,

Elodie.

Posté par Auchapitre à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


23 septembre 2017

Marc Voltenauer "Le dragon du Muveran"

978226627406721875869_1661962350490166_1887064070_o (1)

Thriller

Éditions pocket

Paru le 07 Septembre 2017

608 pages

Résumé:

Le village de Gryon, dans les Alpes vaudoises, est en émoi : dans le temple gît un cadavre, nu, allongé sur la table sainte à l’image du Christ crucifié. À l’extrémité du couteau qui lui a transpercé le coeur, un message : « Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres ! » L’inspecteur Andreas Auer est convaincu que ce meurtre est le premier acte d’une mise en scène macabre et symbolique. Peu à peu, les secrets que certains villageois auraient préféré garder enfouis refont surface et viennent semer le trouble dans ce lieu d’habitude si paisible…

Mon avis:

Ce livre est composé d'un prologue, 110 courts chapitres et d'un épilogue.

Village de Gryon, Alpes vaudoises, Septembre 2012. Andreas Auer est inspecteur, il a bientôt 40 ans et vit en couple avec Mikaël Achard qui est journaliste. L'histoire commence quand la pasteure de Gryon, Erica Ferraud, entre dans le temple et découvre un cadavre nu à l'image du christ avec un couteau planté dans le coeur, les orbites vides et un message: "Si donc la lumière qui est en toi est ténèbres, combien seront grandes les ténèbres !" (extrait de la Bible). Il s'agit d'Alain Gautier le responsable de l'agence immobilière du village. Une mise en scène morbide qui délivre un message mais lequel? Pour qui et pourquoi? 

L'enquête commence. Andreas est dépêché sur les lieux avec sa collègue et amie Karine Joubert. Une enquête qui va s'avérer difficile car Alain Gautier n'était pas un modèle de vertu et il cachait bien des secrets..."Une enquête, c'est comme une fourmilière. Si l'on y plonge une branche, toutes les fourmis autour commencent à s'agiter." Les langues vont-elles se délier? Qui est l'assassin? D'interrogatoires en fausses pistes, l'enquête va nous mener sur les traces du tueur. Oeuvre d'un fou ou pure vengeance? Les choses ne vont pas s'arrêter là car le tueur poursuit son oeuvre suivant toujours le même schéma. Il va falloir qu'Andreas trouve le lien qui unit toutes ces personnes.

Nous avons des retours dans le passé (début des années 1970) afin de mieux comprendre l'histoire ainsi que les pensées et agissements du tueur que l'auteur nomme "l'homme qui n'était pas un meurtrier" et qui favorise l'empathie. Les chapitres sont courts pour un rythme assez soutenu, un chapitre est sur un lieu ce qui permet aux lecteurs de suivre l'enquête pas à pas. La psychologie des personnages est recherchée notamment pour Andreas et le meurtrier. Malgré quelques clichés du "flic", on suit avec avidité cette enquête. J'ai aussi beaucoup aimé le réalisme des lieux qui existent bel et bien (voir photos ci-dessous) Bref, pour un premier roman, l'auteur a su me tenir en haleine jusqu'à la dernière page et je découvrirai avec plaisir "Qui a tué Heidi?" qui remet en selle l'inspecteur Auer.

"Le dragon du Muveran" rôde...

À bientôt,

Elodie.

La première enquête de l'inspecteur Auer

images (4)      téléchargement

téléchargement (4) au coeur des Alpes vaudoises.

Posté par Auchapitre à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

18 septembre 2017

Hanna Vernet "Les rêves en noir et blanc"

les-reves-en-noir-et-blanc-ebook_medium21640293_1657694504250284_2107941471_o

Roman

IS éditions

Paru en Septembre 2016

104 pages

Résumé:

C’était sorti tout seul. Est-ce que c’est vraiment elle qui l’avait dit ? Elle l’avait répété deux fois pendant qu’ils faisaient l’amour. Pour être sûre…

Il s’était arrêté et l’avait regardée. Elle s’était sentie encore plus nue. D’une nudité profonde… Au-delà de la peau siègent d’autres pudeurs.

« Redis-le ».

Elle le redit. Cette fois, c’est bien elle, elle en est sûre. Sa voix résonne. Elle dit « Je t’aime » comme plus jeune elle avait dit « Amen » à la messe du dimanche. Religieusement. Comme habitée par une force nouvelle, comme une profession de foi.

Sans comprendre tout à fait ce qu’elle veut dire, mais convaincue que son dieu a entendu sa prière.

Son dieu, c’est lui. Theo.

Mon avis:

Philea est une jeune femme de 25 ans spectatrice de son existence et du temps qui passe dans cette société moderne où tout va à 100 à l'heure. On ressent chez elle un mal-être, une peur profonde. "La vie, cela faisait déjà pas mal de temps qu'elle avait commencé, elle ne l'avait pas attendue, elle ne l'avait pas remarquée." Elle est libraire dans une petite boutique de livres anciens et d'occasion. Un jour, elle rencontre un homme chez des amis. Il s'appelle Théodore, tout le monde l'appelle Théo.  Au début, elle le prend pour un psychopathe avec son regard foudroyant et ses mails insistants en noir et blanc qui parlent de musique. Le jour de leur premier rendez-vous, elle s'aperçoit qu'il fait naître en elle des sentiments contradictoires, un mélange d'attraction et de répulsion. Il est beau et charmant mais à la fois obscène et insolent. Il a un côté noir et un côté blanc... Malgré tout, c'est le début d'une relation. Une relation qui ne va pas être de tout repos...

Philia et Théo n'arrivent pas à se laisser aller dans ce nouveau bonheur, dans ce tourbillon qu'est leur relation. C'est l'histoire de deux êtres qui vont vivre une histoire passionnelle, qui fait mal physiquement. Ils se lancent dans une relation faite de "Je t'aime, moi non plus" et qui bouleverse leurs vies. La fin de la passion rime-t-elle forcément avec destruction? N'y a-t-il qu'un pas entre l'amour et la haine? Une histoire "vraie" et sincère est-elle vaine?

Ce court roman m'a fait passée par beaucoup d'émotions. Il est sombre, parfois dur mais en même temps l'histoire est belle. Ce sont deux personnages complexes, torturés que l'auteure a su créer et qui nous emportent avec eux telle une tornade. Les phrases sont courtes, le ton est mordant, les mots choisis avec soin ce qui donnent un rythme soutenu à l'histoire. Le noir et le blanc sont bien-sûr récurrents dans le livre. (un piano, une photo, une rue...) La passionnée de littérature que je suis a beaucoup aimé l'amour des livres de Philea. Bref, c'est une lecture particulière mais si, comme moi, vous êtes curieux et aimer la découverte, les abîmes de l'amour et les personnages recherchés...  je vous le recommande.

Tout le monde ne rêve pas en couleurs...

À bientôt,

Elodie.

Une passion destructrice

                        téléchargement (9)                                             téléchargement (10)

Aimer en noir et blanc

téléchargement (8)

Posté par Auchapitre à 14:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 septembre 2017

Mélanie Chappuis "Ô vous soeurs humaines"

Couv-Chappuis-202x30021769394_1657731897579878_782194166_o

Roman

Éditions Slatkine & Cie

Paru le 24 Août 2017

128 pages

Résumé:

Des femmes, rien que des femmes, dépeintes dans toute l’étendue de leur beauté, de leur singularité, de leur désir, de leur jalousie, de leur colère… voilà cette féminité presque universelle que nous raconte Mélanie Chappuis. Qu’elle nous décrit jusque dans les moindres détails, mettant sa plume acérée, parfois légère, parfois militante, parfois cynique au service de celles qu’elle appelle volontiers ses sœurs.

Mon avis:

Sous forme d'histoires très courtes, Mélanie Chappuis dissèque les femmes sous toutes les coutures. Elle arrive en quelques lignes à faire passer aux lecteurs un message et chaque histoire illustre une femme qu'elle soit mère, amie, épouse, amante... En six parties, l'auteure nous parle des femmes, de leurs rivalités, leurs solidarités, leurs dualités, leurs complicités, leurs fidélités et leurs vanités.

-Les femmes détestables, jalouses et méchantes. L'épouse VS l'amante, l'épouse VS la belle-mère, la fille VS la mère...

-Les femmes ET les autres, solidaires qui aiment, aident, partagent... L'épouse ET l'autre femme, l'afghane ET sa fille...

-Les femmes et leurs contradictions (Je t'aime MAIS je te déteste). La mère heureuse et son bébé MAIS "il n'avait qu'à rester dedans", l'amie et sa meilleure amie qui s'aiment MAIS "il ne faut pas qu'elle me pique mon mec", la mère et la fille "elle est gentille Maman MAIS elle est trop vieille"...

-Les femmes complices, d'égale à égale. La chef =son assistante, la femme voilée soumise=la femme européenne en mini-jupe soumise...

-Les femmes fidèles, pleine d'amour envers et contre tout. Amies MALGRÉ tout, soeurs MALGRÉ tout, fille MALGRÉ tout...

-Les femmes vaniteuses tantôt mythe, tantôt grand-mère tyrannique...

Quel joli ouvrage qui nous montre les femmes dans toute leur splendeur, leur grandeur mais aussi leur médiocrité... Un livre bien écrit, poétique et que je n'ai pas réussi à lâcher tant les mots sont beaux et on a toujours envie de tourner les pages pour savoir à quelle sauce l'auteure va nous manger. On s'identifie parfois, on reconnaît une personne une autre fois, on râle face aux portraits de certaines... Comme un château de cartes, une tour de livres, les femmes sont bancales et imparfaites mais tellement irremplaçables. Bref, c'est un livre d'une femme pour les femmes. À offrir absolument! 

À bientôt "Ô vous soeurs humaines"

Elodie.

téléchargement

Parfois admirables...

images Parfois détestables téléchargement

15 septembre 2017

Paul Cleave "Ne fais confiance à personne"

téléchargement (2)21742259_1656537724365962_1214893926_o

Thriller

Editions Sonatine

Paru en 31 Août 2017

400 pages

Résumé:

Les auteurs de thrillers ne sont pas des personnes très fréquentables. Ils jouent du plaisir que nous avons à lire d’abominables histoires, de notre appétit pour des énigmes qui le plus souvent baignent dans le sang. Nous ne sommes pas très raisonnables. Ce jeu dangereux peut parfois prendre des proportions inquiétantes. Leurs ouvrages peuvent nous donner des idées regrettables, favoriser un passage à l’acte aux conséquences funestes. Eux les premiers, qui pensent connaître toutes les ficelles du crime parfait, ne sont pas à l’abri de faire de leurs fictions une réalité.
Prenez par exemple Jerry Grey, ce célèbre romancier, qui ne sait plus très bien aujourd’hui où il en est. À force d’inventer des meurtres plus ingénieux les uns que les autres, n’aurait-il pas fini par succomber à la tentation ? Dans cette institution où on le traite pour un alzheimer précoce, Jerry réalise que la trame de son existence comporte quelques inquiétants trous noirs. Est-ce dans ses moments de lucidité ou dans ses moments de démence qu’il est persuadé d’avoir commis des crimes ? Quand la police commence à soupçonner les histoires de Jerry d’être inspirées de faits réels, l’étau commence à se resserrer. Mais, comme à son habitude, la vérité se révèlera bien différente et bien plus effroyable que ce que tous ont pu imaginer !

Mon avis:

Christchurch, Nouvelle-Zélande. Le livre commence avec un homme Jerry Grey, 49ans, qui semble se confesser à une inspectrice de police, les confessions d'un tueur. Mais voilà, Jerry Grey est auteur de romans policiers et il est atteint d'Alzheimer. L'inspectrice n'est autre que sa fille Eva et les scènes de crimes qu'il raconte ne sont que les scènes de ses livres qu'il écrit sous le pseudonyme d'Henri Cutter. Il est hospitalisé dans une maison de santé. Quand la réalité et la fiction de ses livres se mélangent, Jerry est désemparé, déboussolé. Le regard et la pitié de son entourage, du personnel soignant ne fait que renforcer son désarroi. Pour lui, il est certain d'avoir commis un crime. Réalité? Fiction ou conséquence de sa maladie? "La sensation qu'il a tué quelqu'un est simplement bien trop réelle pour qu'il l'ignore." Il n'a plus que son précieux carnet ("le carnet de la folie" comme il l'appelle), un carnet où il écrit à son "moi" futur et où il raconte sa vie (avec sa femme Sandra), son quotidien, sa maladie pour ne pas oublier...

Jusqu'au jour où deux policiers viennent lui rendre visite concernant le meurtre d'une jeune femme et hélas il n'y en aurait pas qu'une... Qu'a-t-il bien pu faire d'irréversible? Est-il vraiment l'auteur de ces crimes? De la littérature criminelle au passage à l'acte, n'y a-t-il qu'un pas? "Le carnet de la folie" est introuvable, y trouvera-t-il les réponses? Pas évident de mener une enquête quand sa propre mémoire nous joue des tours...

Ce livre est un véritable "page turner". Il m'a été impossible de savoir où l'auteur voulait nous mener et ce, jusque la fin qui nous réserve de belles surprises et qui est bluffante. On ressent une profonde empathie pour Jerry face à sa détresse qui est d'ailleurs très bien retranscrite dans le carnet qu'il écrit durant ses moments de lucidité. Le thème délicat de la maladie d'Alzheimer me touche particulièrement puisqu'elle a touché un de mes proches. L'auteur nous emmène au coeur d'une paranoïa qu'il arrive à transmettre avec brio au lecteur et jusqu'au bout on se demande: "Mais quelle est la vérité?" L'auteur utilise à merveille l'humour noir, personnifie la maladie (Capitaine A) et nous propulse dans la tête de cet auteur de thrillers et dans les méandres de ses pensées. Bref, une intrigue surprenante du début à la fin et une construction de l'histoire maîtrisée. C'est un très bon thriller!

"Ne fais confiance à personne" et encore moins à tout le monde...

À bientôt,

Elodie.

"Il y a pire que de tuer quelqu'un:

téléchargement (4)      ne pas savoir si on l'a tué."

téléchargement (7)                                    téléchargement (5)


Sarah Pinborough "Mon amie Adèle"

9782253107880-001-T21268083_1642370649116003_668655336_o

Thriller

Préludes éditions

À paraître le 27 Septembre 2017

448 pages

Résumé:

LOUISE
Mère célibataire, elle est coincée dans un quotidien minuté. Un soir pourtant elle embrasse un homme dans un bar… sans savoir qu’il est son nouveau patron.
DAVID
Psychiatre renommé et dévoué à sa femme, il regrette ce baiser mais ne peut s’empêcher de tomber amoureux de son assistante.
ADÈLE
L’épouse de David semble n’avoir aucun défaut. Si ce n’est de vouloir à tout prix devenir l’amie de Louise...

Fascinée par ce couple modèle, Louise se retrouve malgré elle piégée au coeur de leur mariage. Et peu à peu, elle commence à entrevoir des failles.

David est-il l’homme qu’il prétend être ?
Adèle, aussi vulnérable qu’elle y paraît ?
Et par quel secret inavouable sont-ils liés l’un à l’autre ?
#findeDINGUE

849x315_CoverPickFb_Adele_Blog

Mon avis:

Ce livre est composé de 3 parties. L'histoire se passe à Londres.

Adèle. Elle est mariée à David. C'est un couple parfait en apparence mais on s'aperçoit très vite que rien ne va dans leur couple et on se demande comment ils ont pu en arriver là. C'est une femme qui apparaît narcissique, sûre d'elle et qui a des problèmes. Son passé avec la mort de ses parents dans un incendie, son séjour dans un hôpital psychiatrique, son amitié avec Robert (interné en même temps qu'elle)... font d'elle une personne mystérieuse et étrange. Adèle apparaît comme une femme soumise, elle doit téléphoner à son mari à heure fixe, il gère son argent...

David. C'est un personnage avec une grande part d'ombre. Marié à Adèle, psychiatre dans un nouveau cabinet, il paraît froid, lunatique et distant avec sa femme. C'est un mari volage qui a eu des aventures et qui rencontre dans un bar une femme avec qui le feeling passe: Louise qui s'avérera être son assistante...

Louise. Mère célibataire, elle élève son fils Adam seule. Une femme qui est plus maman que séductrice mais cet homme (David) qu'elle rencontre dans un bar va bouleverser sa vie. C'est une femme qui paraît très influençable.

Un jour, dans la rue, les deux femmes se rencontrent (est-ce fortuit?) Elles sont si différentes mais elles s'entendent tout de suite. Adèle demande à Louise de ne pas en parler à son mari.On comprend qu'Adèle sait qui est Louise (La maîtresse de son mari). Pourquoi continue-t-elle cette amitié comme si de rien n'était? On ressent une franche domination sur cette nouvelle amie. Elles ont les mêmes terreurs nocturnes et le même attrait pour David... Que complote Adèle?  Qui est réellement David? Louise arrivera-t-elle à gérer son aventure et cette nouvelle amitié? "Je veux Adèle et David. Je les veux tous les deux." Grâce à des retours dans le passé, on va comprendre bien des choses et quels terribles secrets cachent ce couple...

Nous voilà embarqués dans un trio amoureux où l'on ne sait pas à qui accorder sa confiance. Qui manipule qui? Louise? Adèle? David? Un livre qui parle de l'infidélité, du rapport hommes/femmes, de la rivalité entre femmes mais aussi de l'obsession, de l'alcoolisme... Les rêves et les terreurs nocturnes ont aussi une place importante au sein de l'histoire. Ce livre est maître en tension psychologique et en manipulation car à bien des égards c'est moi qui me suis sentie manipulée. C'est sombre, dérangeant mais totalement surprenant. Et cette #findeDINGUE? On en parle? À quelques pages de la fin, le dénouement prend forme sans l'avoir vu venir ni imaginer. Bien que tiré par les cheveux, j'ai adoré ce final! Bref, un thriller qui vous fera douter jusqu'au bout et qui vous emporte dans une spirale infernale.

"Mon amie Adèle" va vous surprendre par son originalité...

À bientôt,

Elodie.

Obsession                           Manipulation

téléchargement (6)        20170315-110721-g

 

Un étrange trio amoureux

                                  téléchargement (5)    #FindeDINGUE

 

14 septembre 2017

Karine Giebel "De force"

978226627298821744862_1654523691234032_1784503093_o

Thriller

Éditions Pocket

Paru le 14 Septembre 2017

576 pages

Résumé:

Maud Reynier, fille unique d’un chirurgien réputé, est sauvagement attaquée et secourue de justesse par un joggeur. Mais son agresseur n’a qu’une obsession : finir le travail… tandis que le professeur Reynier, défiant la raison, s’obstine à ne pas vouloir prévenir la police. La villa du célèbre médecin, où Maud est enfermée avec ses proches, devient le décor d’un huis clos inquiétant, et les secrets grondent en sourdine. L’ensemble s’accorde, fortissimo, et soudain : quelques fausses notes…
Le temps de l’impunité est révolu.
Le temps des souffrances est venu.

Mon avis:

Nous avons, ici, une jeune femme Maud qui se fait agresser avec violence lors d'une promenade et sauver par un mystérieux inconnu Luc. Celui-ci va être embauché par son père afin de la protéger. Qui est ce fameux agresseur? Et surtout pourquoi? Car évidemment, ce n'est pas terminé... Luc va se rendre compte que quelque chose ne va pas au sein même de cette famille...

Chaque personnage va développer sa part de secrets et de mystères. On va se retrouver dans une spirale infernale de parts d'ombre, de vengeance familiale, d'amour, de haine... Un huis-clos oppressant avec peu de personnages. Qui manipule qui? J'ai trouvé ce thriller beaucoup moins violent que certains que l'auteure a pu écrire comme "Le purgatoire des innocents" par exemple. L'intrigue est aussi beaucoup plus basique que les autres mais c'est sans compter sur l'art de Karine Giebel qui est bel et bien au rendez-vous. Celle-ci nous mène en bateau jusqu'à la fin: "de force", malgré nous. Elle nous malmène et c'est ce que j'aime! Et pour la fin, bien évidemment, je ne vous fais pas de dessins et je ne vous en dis pas plus... Les lecteurs, qui sont "fleurs bleues", ne seront pas réjouis de leur lecture! Bref, à chaque fois je termine ses livres, malgré l'épreuve émotionnelle que ça apporte, je n'ai qu'une envie: recommencer! Masochiste? Non! Juste fan.

Attention à ne pas être pris "De force" dans cette histoire...

À bientôt,

Elodie.

Arrivera-t-il à la protéger coûte que coûte?

Jennifer-Lawrence-et-son-garde-du-corps-Greg-Lenz_width1024                              belle-vue-sur-les-hauteurs

 Que cache cette famille?

téléchargement

Posté par Auchapitre à 16:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Mon interview à Karine Giebel

Big-225x3009782266272988

Pour la sortie de son livre ''De force" chez les éditions Pocket, j'ai eu la chance et l'honneur de faire parvenir à l'auteure Karine Giebel quelques petites questions. J'ai lu absolument tous ses livres (j'attends comme beaucoup le prochain) et c'est une auteure que j'apprécie énormément. Quand je prends un de ces livres, je ne sais pas à quoi m'attendre mais je sais d'ors et déjà que ce sera une lecture coup de poing comme je les aime.

Et toi? Quels sentiments as-tu par rapport à cette auteure et à ses livres? Quel est ton préféré? As-tu lu "De force"?

Je vous partage avec plaisir cette petite interview.

Questions d'ordre général:

- Vos livres sont d'une grande violence psychologique, où puisez-vous votre inspiration? Voyez-vous le monde comme vous dépeignez vos histoires?

Ma principale source d’inspiration, c’est l’être humain dans toute sa complexité. Ce qu’il est capable de faire par passion, par amour, par haine, par jalousie, etc. Ses courages, ses lâchetés, ses ambitions… Et, bien sûr, tout cela en connexion avec la société dans laquelle nous vivons. Société où la violence (physique, psychologique, sociale, etc.) est partout…

- Des phrases courtes, un ton mordant, nous lecteurs, on avance, on recule, on s'interroge, on ne sait pas où l'on va... et vous? Connaissez-vous le fil conducteur de votre histoire quand vous écrivez?

J’écris sans faire de plan au préalable, en partant d’une idée souvent très simple. Et mon histoire se construit au fil des pages, en même temps que mes personnages. Donc, la plupart du temps, je ne connais pas la fin de mon histoire lorsque je la commence !

-Aura-t-on le droit à un "happy ending" un jour?

C’est vrai, je ne suis pas une adepte du happy end ! Qui, je trouve, se marie assez mal avec la noirceur des histoires que je raconte. La fin est fonction de mon inspiration, je ne me force à rien. Et pour le moment, mon inspiration ne m’a jamais dicté un happy end… Mais un jour, peut-être ?!

-Quel est votre auteur de thrillers préféré?

Actuellement, RJ Ellory fait partie de mes auteurs de thriller préféré.

Questions sur "De force":

-De où est partie l'histoire "De force"?

Difficile de répondre à cette question sans déflorer le suspense du roman… C’est en le lisant jusqu’à la fin que le lecteur aura la réponse !

-Les personnages sont peu nombreux pourquoi?

De Force est une sorte de huis-clos, où chaque personnage est fouillé, creusé… C’est pour cela qu’il y en a peu.

-Dans "De force", l'histoire se passe sur les hauteurs de Grasse, vous rendez-vous sur les lieux de vos romans pour écrire vos histoires et vous imprégnez de l'atmosphère?

Non, je ne me rends pas sur les lieux où se déroule mon intrigue. Soit il s’agit de lieux que je connais, soit je travaille sur photos et sur plans.

Merci Karine Giebel! Pour ceux qui attendaient la sortie poche, foncez en librairie! "De force" sort en poche ce Jeudi 14 Septembre!

À bientôt,

Elodie.

13 septembre 2017

Les "mots passants" sur le blog

L'auteure Angèle-Marie Morazzani du livre "Arcania T1 La prédiction". 

Tout d’abord je voudrais vous remercier pour votre gentillesse, votre disponibilité, et pour ce concours. Votre blog a été une bien belle vitrine pour mon roman. Un blog qui sait joindre l’esthétique à la critique et dont le nombre croissant d’abonnés ne saurait mentir. Je souhaite donc une très bonne continuation à la passionnée que vous êtes.

 Je voulais également vous remercier car, suite à notre discussion sur ma volonté de sortir du réseau de distribution Amazon, votre point de vue m’a faite réfléchir. Et j’ai donc décidé de reporter ma décision. Et grâce à vous j’ai réalisé ma première vente à l’étranger, plus précisément au Royaume-Uni.

Encore un grand merci pour tout.

À bientôt.

Cordialement

Angèle-Marie

téléchargement (1)

10 septembre 2017

Michael Farris Smith "Nulle part sur la terre"

ob_11736b_nulle-partsurlaterre21556874_1651407061545695_1073537968_o

Roman

Sonatine éditions

Paru en Août 2017

363 pages

Résumé:

Une femme marche seule avec une petite fille sur une route de Louisiane. Elle n’a nulle part où aller. Partie sans rien quelques années plus tôt de la ville où elle a grandi, elle revient tout aussi démunie. Elle pense avoir connu le pire. Elle se trompe.

Russel a lui aussi quitté sa ville natale, onze ans plus tôt. Pour une peine de prison qui vient tout juste d’arriver à son terme. Il retourne chez lui en pensant avoir réglé sa dette. C’est sans compter sur le désir de vengeance de ceux qui l’attendent.

Dans les paysages désolés de la campagne américaine, un meurtre va réunir ces âmes perdues, dont les vies vont bientôt ne plus tenir qu’à un fil.

Mon avis:

Ce livre est composé de 51 chapitres. L'histoire se passe en Louisiane.

Maben. C'est une jeune femme qui n'a pas été gâtée par la vie. Une mère célibataire qui a tout tenté pour s'en sortir seule après la naissance de sa fille, Annalee, et qui a connu tout ce que l'errance et la rue ont de plus sordides. On la découvre en pleine détresse lors de son errance avec ses maigres affaires dans un sac poubelle et sa fille. Elles marchent depuis plusieurs jours essayant d'atteindre un ultime foyer lorsqu'un policier ripoux, la prenant pour une prostituée, l'oblige à lui faire des choses obscènes mais quand il appelle ses amis pour qu'ils le rejoignent elle prend son pistolet et le tue. Elle s'enfuit, alors avec Annalee.

Russell. C'est un jeune homme qui rentre chez lui après avoir passé onze ans de sa vie en prison. Il a tout perdu: une partie de sa vie, sa fiancée Sarah qui a refait sa vie... pour un accident qu'il n'a pas voulu. Il se rend chez son père et Consuela sa nouvelle amie et renoue avec les plaisirs de la liberté. Mais ce qu'il ne sait pas c'est que Larry et Walt, les frères de celui qui a été tué lors de l'accident, l'attendent pour assouvir leur terrible vengeance.

Jusqu'au jour, où le chemin de ces deux personnes vont se croiser. Une rencontre surprenante qui va les unir dans leur fuite et dans leur solitude. Deux inconnus pas si inconnus que l'on pourrait le croire. "-Vous n'avez vraiment nulle part où allait? Elle secoua la tête. -Si c'était le cas, j'y serais déjà." Mais, les choses sont compliquées et un agent de police les traque. Un seul objectif pour Russell: la rédemption. Vont-ils s'en sortir? Comment va se terminer cette histoire? Peut-on s'en sortir malgré les erreurs que l'on peut commettre dans le passé?

C'est un livre bouleversant. L'auteur nous montre l'amour inconditionnel d'une mère pour son enfant dans cette Amérique où elle ne trouve pas sa place et qui ne lui donne pas sa chance, une critique ouverte de cette société américaine (esclavagisme, utopie du rêve américain,...). C'est un roman qui parle d'histoires de vies, deux vies qui basculent, deux adultes profondément seuls mais aussi une quête de pardon et de rédemption. C'est sombre mais en même temps il y a cette lueur d'espoir si infime soit-elle. L'écriture est assez spéciale, les phrases sont souvent longues, parfois sans verbes conjugués et il y a beaucoup d'énumération mais ça ajoute un côté unique à l'histoire et au rythme. Bref, c'est roman noir mais l'humanité qui s'en dégage nous fait réfléchir sur la condition humaine et notre propre condition.

N'y a-t-il vraiment "Nulle part sur la terre" où l'on peut mener un semblant d'existence?

À bientôt,

Elodie.

"Les oubliés du rêve américain"

images (1)             images

 Elle tente de survivre, il tente de revivre...

téléchargement (4)                 téléchargement (5)