9782702160534-001-G

Roman

Calmann Lévy

En librairie depuis le 8 Février 2017

432 pages

Résumé

Fils et petit-fils de paysans liniers, Baptiste Kerléo a la folie de la mer. Formé sur un terre-neuvas, il apprend le métier de marin et se fait corsaire à Saint-Malo. Les guerres se succèdent ; les occasions de briller sont nombreuses. Le jeune Baptiste s’affirme comme un navigateur et un combattant hors pair. Quand la paix revient, Baptiste se lance dans le négoce en toiles de lin et voiles de chanvre. Parcourant les campagnes de la Bretagne, première région textile d’Europe, pour faire l’acquisition des meilleures toiles, sillonnant les mers du globe pour les vendre, il amassera assez d’écus pour fonder une riche dynastie de négociants et devenir un Monsieur de Saint-Malo.

Mon avis

Dans ce livre , nous découvrons l'histoire d'une famille dans la Bretagne de la fin des années 1600 et début des années 1700. Un personnage va se détacher des autres, il s'agit de Baptiste Kerléo, un marin et corsaire. On va le suivre dans ses aventures maritimes et sur terre jusqu'à un grand âge. C'est dans une époque difficile que vont évoluer les personnages de cette famille: la guerre, la famine, les maladies... Le commerce du lin et du chanvre raconté dans ce livre a une grande importance et c'est ce qui va conduire Baptiste a devenir quelqu'un d'important dans sa région.

L'histoire est très bien racontée mais des choses m'ont gênées durant ma lecture parce que je n'y suis tout simplement pas habituée:

-une histoire très "terroir" et "campagnarde" 

-un parler spécial et oui nous sommes en 1700!

-beaucoup de personnages secondaires (heureusement que l'auteur a pensé au petit arbre généalogique que je consultais régulièrement!)

17380156_1448009158552154_172193619_o

 

Bref, c'est une lecture sympa et je vous le conseille si vous êtes réceptifs aux charmes de la campagne, des sagas familiales des siècles passés... Je ne me dirige normalement pas vers ce genre de livre mais pourquoi pas? "L'or du lin'' a eu raison de mes réticences...

A bientôt,

Elodie.