51YbtNGE2TL22404002_1681839531835781_351777470_o

Polar

Éditions Pocket

Paru le 14 Septembre 2017

288 pages

Résumé:

Il a suffi d’une phrase scabreuse prononcée par sa femme Livia dans son sommeil, pour que Montalbano doute de sa fidélité. Peu après, à la suite d’une étrange série de cambriolages, il fait la rencontre d’Angelica, vivante incarnation de ses rêves d’enfant. Les fantasmagories du commissaire sicilien ne l’aident guère à affronter une machination que nourrit un vieux désir de vengeance. Et dans ce qui semblait d’abord une somnolente enquête, ponctuée de rougets grillés et de promenade en bord de mer, Montalbano, ne verra pas venir la violence et la mort. Si le coeur a ses raisons, la vengeance aussi. Sous l’emprise de la passion, Montalbano a trop vite oublié cette règle élémentaire…

Mon avis:

Ce livre fait partie de la série de livres concernant les enquêtes du commissaire Montalbano de l'auteur sicilien Andrea Camilleri. (Il y en a 25 en tout) Il est composé de 18 chapitres.

Le commissaire Salvo Montalbano, 58 ans, est de retour pour une nouvelle enquête avec ses acolytes Fazio et Catarella. Il est appelé pour un vol qui est arrivé chez les Peritore et à qui on a volé des bijoux, des tableaux, leur voiture... Quand un deuxième vol a lieu, Montalbano se pose des questions et recherche le cerveau de cette organisation bien rodée: les voleurs frappent toujours la résidence principale lorsque les personnes sont dans leur résidence secondaire, les endormant avec du gaz et volant leur clé. L'affaire se corse... "Au flair, d'expérience, il le sentait, que ce serait une enquête difficile." Il s'aperçoit que les vols concernent les amis des Peritore. Qui? Et surtout pourquoi? L'histoire prendra une tournure différente quand le commissaire croisera le joli sourire d'Angelica...

Je vais commencer par ce que j'ai le plus aimé c'est-à-dire l'histoire. On se laisse aller dans l'enquête, que l'on suit pas à pas afin de retrouver le ou les coupables. On découvre avec plaisir l'univers sicilien et Montalbano est un personnage à part entière. Tout est amené petit à petit jusqu'au dénouement. En revanche, ce que j'ai le moins apprécié est la traduction. En début de livre, le traducteur a mis un avertissement comme quoi il a essayé de traduire au mieux ce patois sicilien qu'à utiliser l'auteur afin de ne pas le dénaturer. Je respecte cette décision mais j'ai dû parfois faire une lecture globale afin de comprendre le sens des phrases: aréussit, passque, tiliphone, vosseigneurie...et autres mots ou tournures de phrases. Certains trouveront que ça donne de la fantaisie et de l'originalité au livre et surtout aux dialogues, effectivement ça en donne mais ça m'a freinée dans ma lecture. Bref, la trame du livre est bien mais j'aurais préféré une traduction plus proche du français.

À noter qu'il existe la série télévisée "Montalbano".

"Le sourire d'Angélica" n'a pas fini de faire des ravages...

A prestu! 

Elodie.

images (1)    images

images (3)