Ceux-qui-voulaient-voir-la-mer_c1  20190323_132204 

Roman

Charleston

Paru le 19 Mars 2019

320 pages

Résumé:

« Ceux qui voulaient voir la mer
Ne connaissaient pas la misère
Ils avaient fait tant de rêves
Voir le soleil mourir dans la mer… »

Pour des raisons personnelles, Lilou décide de quitter Paris pour Nice avec son fils, Marius. Et en arrivant dans le Sud, elle ne s'attendait pas à s'attacher à Aurore, cette vieille dame qu'elle croise au parc et qui commence à lui raconter sa vie. Chaque jour, Aurore attend le retour de son amoureux, Albert, parti tenter sa chance à New York après la guerre. Mais malgré sa promesse, il n'est jamais revenu… Lilou décide alors de tout faire pour retrouver le grand amour de son amie. Mais à trop vouloir remuer le passé, le présent ne risque-t-il pas de la rattraper ?

Mon avis:

2017. Lilou est agent de bibliothèque à Paris et élève seule son fils Marcus. Elle décide de prendre un nouveau départ. Direction Nice, son ciel bleu et la mer. Elle y rencontre une vieille dame qui s'appelle Aurore. Aurore est assise chaque jour à la même place au parc. Elle lui confie qu'elle attend son grand amour. Un amour qui l'a quittée en 1952 pour New York et qui lui a fait la promesse de revenir...

Aurore va, alors, lui conter son histoire, celle d'une jeune fille juive dans la tourmente de la guerre, celle d'une jeune femme éperdument amoureuse d'un jeune homme nommé Albert... À ses côtés, Lilou va remuer son propre passé et elle va se mettre en tête d'aider Aurore à retrouver celui qu'elle a tant aimé.

J'ai lu ce livre en manuscrit en tant que lectrice Charleston 2019. Les livres de Clarisse Sabard, et celui-ci ne déroge pas à la règle, nous plonge dans un cocon de bien-être. L'histoire est belle, drôle et émouvante. Lors de son nouveau départ, Lilou va faire de belles rencontres: Cathy, Samuel, Mathias, Raphaël, Aurore, Albert... Ce sont des personnages attachants que l'on a pas du tout envie de quitter. C'est un livre qui nous parle du poids du passé, des actes manqués, de renaissance mais surtout de la famille et de l'Amour. L'amour, le vrai, le seul, le véritable... et puis on a l'importance de la mer, la mer comme point d'ancrage, d'évasion, de rêves, d'immensité... La mer qui offre mais qui aussi prend... À travers le récit d'Aurore, c'est un saut dans le temps au coeur de la Seconde Guerre Mondiale et de l'après-guerre, un récit très émouvant et tellement passionnant ainsi qu'une immersion dans le New York des années 50. On ressent vraiment le travail de recherche de l'auteure et j'ai adoré les références littéraires et musicales au sein de l'histoire. Le dénouement est quant à lui déchirant, j'ai eu le coeur retourné car c'est un sujet qui me touche personnellement.

De Nice à New York, c'est un livre bouleversant empli de nostalgie et d'émotions. J'ai passé un moment de lecture passionné et passionnant. C'est un coup de coeur!

Car "Ceux qui voulaient voir la mer" nous parlent si bien d'amour...

À bientôt,

Elodie

"Je pense que chacun est libre de son destin. Libre de se défaire des chaînes mentales qui le retiennent."