L-instant-d-une-vie  20190521_080801 

Roman

Slatkine & Cie

Paru le 25 Avril 2019

208 pages

Résumé:

Née dans un petit village des Alpes au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Louise a dix-huit ans lorsqu’elle part s’installer à Lyon, où elle rencontre Henri, pianiste de jazz.

Après quelques mois, Henri et Louise se séparent. Henri, fils de résistants assassinés par les nazis, reproche à Louise sa naïveté et son manque d’engagement politique.

L’été suivant, Louise se rapproche de Johann, étudiant allemand qu’elle décide de suivre dans son pays. Peu à peu, alors que la vie défile, Louise est rattrapée par l’histoire, l’histoire avec sa grande hache.

Mon avis:

On fait la connaissance de Louise, l'auteure nous raconte son enfance dans les Alpes, son adolescence, ses débuts dans la vie, ses amours... La Seconde Guerre Mondiale est terminée mais toujours présente dans les esprits. Louise a 18 ans quand elle part pour Lyon pour faire ses études. Elle s'y fait des amis, rencontre Henri dont les parents faisaient partie de la résistance puis Johann, un jeune allemand, qu'elle suivra en Allemagne pour y construire sa vie. Mais, cette vie va être difficile. La barrière de la langue, l'ennui, la vie de couple, les secrets et les origines de chacun sont difficilement gérables...

C'est un roman féminin qui nous raconte la vie mais surtout les amours d'une jeune femme pendant l'après-guerre. Les chapitres sont courts voire très courts et ce livre se lit presque d'une traite. La narration à la deuxième personne du singulier (TU) est assez déroutante comme si l'auteure parlait à son personnage. D'ailleurs y aurait-il entre Louise et Sylvie Schenk un lien? L'auteure a grandi dans les Alpes, a fait ses études à Lyon et est mariée à un allemand... Donc se parlerait-elle à elle-même? Le contexte historique de ce livre est très important. Le rapprochement et la difficulté des liens entre la France et l'Allemagne est encore vif. Ce roman nous parle du poids du passé et de nos origines. Nous sommes comme des observateurs de la vie de Louise. J'avais l'impression d'observer son histoire depuis le ciel avec une longue vue. Bref, c'est un livre déroutant mais la plume est vraiment belle. Alors? Vous arrêteriez-vous un instant pour découvrir son histoire? Ne cherchez pas d'action car vous êtes bel et bien dans une histoire de vie, un moment d'une vie, "L'instant d'une vie"...

À bientôt,

Elodie

"Être étranger, c'est être marginal. Tu t'es toujours sentie marginale, tu ne trouves pas ta place."

image10 

Source photo:https://carolinefaget.fr/la-vie-est-une-fete/