9782365694193ORI 20190705_095224 

Roman

Les Escales

Paru le 06 Juin 2019

484 pages

Résumé:

​Le retour de Jeffrey Archer, véritable « conteur de la trempe d’Alexandre Dumas. » (The New York Times). Un nouveau coup de maître !

Leningrad, 1968. Depuis sa plus tendre enfance, Aleksandr Karpenko est destiné à de grandes choses. Mais lorsque son père est assassiné par le KGB pour avoir défié l’État, lui et sa mère doivent fuir l’URSS. Sur les quais d’un port, ils sont confrontés à une décision irrévocable : faut-il
embarquer pour les États-Unis ou pour la Grande-Bretagne ? Aleksandr joue son destin à pile ou face…
Les deux vies parallèles d’Aleksandr nous sont alors dévoilées. À Londres, il poursuit de brillantes études. À New York, il se lance tout de suite dans les affaires. Se déploie ainsi une épopée de plus de trente ans entre deux continents, durant laquelle Aleksandr va devoir traverser de nombreuses épreuves pour conquérir ces nouveaux mondes qui s’offrent à lui.

Mon avis:

Leningrad/1968. À la mort de son père (tué par le KGB), Aleksandr décide de quitter le pays avec Elena, sa mère. C'est un voyage de tous les dangers mais ils n'ont pas le choix pour envisager un avenir. 

Un bateau pour l'Angleterre.

Un bateau pour l'Amérique.

Pile ou face?

L'auteur va nous conter la vie d'Aleksandr, celle qu'il aurait eu en Amérique et, en alternance, celle qu'il aurait eu en Angleterre. Il devient Sacha en Angleterre où il va poursuivre de grandes études à l'université de Cambridge. En Amérique, il devient Alex. Il va très vite se lancer dans les affaires. Son seul souhait est de bâtir un empire.

Mais, dans chaque pays, le contexte historique, social et politique est différent. Toute l'originalité de ce livre tient dans la construction de l'histoire, celles de deux vies, de deux destins qui nous sont proposés comme si Jeffrey Archer n'avait pas réussi à trancher pour l'un ou pour l'autre. Il nous raconte la vie d'Alex/Sacha, deux exilés russes et toutes les difficultés qui vont en découler. Au gré des rencontres, loin de la tyrannie communiste, la vie, les ennuis, les aléas...le guideront. Comment va-t-il s'en sortir? De 1968 à 1999, on est ballottés entre l'un et l'autre. J'ai été surprise par le dénouement. Bref, ce roman est orignal et j'ai beaucoup aimé la façon qu'à Jeffrey Archer à nous conter ces deux histoires parallèles.

Jouer sa vie à "À pile ou face"...

À bientôt,

Elodie

"Les dictateurs se soucient peu des opinions des autres."

Pile-ou-Face-216x300 

Source photo:http://www.levinquiparle.fr/2017/06/01/pile-ou-face-degustation-samedi-3-juin/