51MlwkZfPfLDSCN8552

Témoignage

Éditions Seramis

Paru le 01 Novembre 2017

288 pages

Résumé:

Imagine : autour de toi, des personnes qui parlent dans une autre langue que la tienne depuis ta naissance, qui se comprennent et plaisantent entre elles. Tu es là, tu les regardes faire, mais sans comprendre. Parfois, tu aimerais bien entrer dans la danse, faire partie de ce joyeux brouhaha, mais une frontière invisible que tu es seule à voir vous sépare. La plupart du temps, cette distance n’est pas gênante. Tu n’as jamais eu conscience de ne pas faire partie des leurs, jusqu’au jour où on te l’a hurlé, jusqu’au jour où quelqu’un t’a démasquée et que tous les regards se sont tournés vers toi avec suspicion. 
Tu ne sais pas exactement quand c’est arrivé, en revanche tu as appris la leçon : passer inaperçue, te fondre dans la masse, performer la normalité. Tout cela n’était pas négociable, c’était même devenu une question de survie. 
Des années plus tard, j’ai appris à me créer ce « joyeux brouhaha », à m’inventer une danse sociale bien à moi et, mieux encore, à y entraîner par inadvertance ceux qui croisaient distraitement mon chemin. 
Ce livre est dédié à tous les chelous, les ratés, les tarés, les anormaux, les excentriques, les fous, les incorrigibles, les inéducables, les pas sortables… Et à tous ceux qui, derrière leur écran de normalité, se regardent seuls dans le miroir en se demandant : « C’est quoi, mon problème ? ».

Mon avis:

Ce livre est composé de 40 chapitres.

Julia March qui est autiste Asperger (voir note en fin de page) va nous raconter à travers ce livre son histoire avant que le diagnostic ne tombe. Très tôt, dès sa plus tendre enfance, ses proches la trouvent différente des autres enfants. L'école est, pour elle, synonyme de souffrance. Elle l'ennuie, la terrorise. Elle est bien souvent le bouc-émissaire de ses camarades de classe. Enfant précoce? Imagination excessive? Les adultes mettent rapidement une étiquette sur chaque enfant. Tout est compliqué: l'alimentation, son rapport aux autres, ses sorties, son quotidien... Elle nous raconte son enfance en Espagne avec les Témoins de Jéhovah auxquels ses parents adhérent et qui n'a fait que compliquer les choses, la relation avec ses parents et surtout celle avec son père un homme violent et tyrannique. "L'impuissance et le désespoir que j'avais trop souvent éprouvés avaient contribué à nourrir un monstre qui, tapi au fond de ma petite personne, était en train de se réveiller."

Elle souffre de nombreux maux: incapacité à interpréter le langage non verbal, coups de fatigue, myopie, auto-mutilation... Elle fait souvent un constat de son mal être sans jamais vraiment savoir ce qu'il ne va pas. Elle aime les animaux, le calme que lui procure sa chambre, la solitude, ses livres (surtout ceux d'Harry Potter dans lesquels elle se reconnaît)... D'enfant elle deviendra femme avec toujours cet impression d'être à part. Jusqu'au jour, où elle arrivera à mettre des mots sur ses maux... 

Grâce à ce récit, les uns comprendront mieux ce syndrome et les autres s'y reconnaîtront. C'est raconté avec violence parfois, avec humour aussi mais surtout avec simplicité sans susciter la pitié ni tomber dans le pathos. Cette fille qui face à la cruauté du Monde n'a qu'une envie c'est de se refermer dans SON monde m'a beaucoup touchée. Au delà du mal qui la ronge, l'auteure critique notre société et surtout l'éducation qu'elle soit donnée par les parents ou les professeurs. C'est très intéressant et instructif de voir ce trouble à travers ceux qui le subissent. Le témoignage est important et primordial. Bref, c'est un livre sur l'autisme Asperger mais aussi sur la différence, la tolérance et après avoir lu ce livre, les choses de notre vie nous apparaissent bien différentes. 

Moi, "La fille pas sympa" je la trouve sympathique et touchante.

À bientôt,

Elodie.

téléchargement (3)

 

NB

Le syndrome d’Asperger est une forme d’autisme sans déficience intellectuelle ni retard de langage.


Le syndrome d’Asperger fait partie des TSA (troubles du spectre autistique). 

C’est un désordre du développement d’origine neurobiologique qui concerne plus fréquemment les garçons que les filles et qui affecte essentiellement la manière dons les personnes communiquent et interagissent avec les autres. En effet, ces personnes décodent avec difficulté les situations de la vie quotidienne. Leur corps, leur cerveau et leurs cinq sens reçoivent les informations correctement, mais un défaut d’analyse empêche un traitement de ces données. Il en résulte, pour la personne atteinte, une appréciation confuse de la vie et de l’environnement. Elle a donc besoin d’être guidée dans la complexité de la vie sociale. 

Ce syndrome a été décrit pour la première fois en 1943 par le pédiatre viennois Hans Asperger puis remis en valeur par la psychiatre Lorna Wing en 1981. Il a enfin été reconnu officiellement en 1994 par le DSM IV (manuel de diagnostic américain) de l’association psychiatrique américaine. En Suisse, il reste largement méconnu.